livre

Review Quand la nuit devient jour de Sophie Jomain

quandlanuitdevientjour

On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.
La dépression.
Ma faiblesse.
Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.
J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois.
Le 6 avril 2016.
Par euthanasie volontaire assistée.

MON AVIS

Ce livre devrait être lu par toutes les personnes qui se demande comme un de leurs proches puisse souffrir de dépression et à tous ceux qui pensent que c’est dans la tête.

Car finalement la dépression c’est bien plus compliquer que ça et chaque personne est différente.

Dans  ce livre on suit Camille qui est en dépression depuis aussi longtemps que remontent ses souvenirs. Le prologue nous explique ce qui lui est arrivé pour prendre la décision de l’euthanasie volontaire.

Aborder un tel sujet est très délicat mais la plume de l’auteur nous permet de rentrer dans la tête de Camille et de comprendre pourquoi elle a fait ce choix.

Plusieurs fois dans le livre j’ai eu envie de deux choses :

  • la première lui faire un gros câlin est lui dire qu’elle va sans sortir, qu’elle est forte et que même si elle ne le voit pas maintenant elle mérite d’être heureuse
  • la deuxième de la secouer

La dépression c’est psychique, mais avec le livre on comprend que c’est aussi douloureux qu’une douleur physique. La seule différence c’est que pour les gens vouloir mourrir pour une douleur physique ils comprennent alors que pour la dépression pour eux c’est un mystère.

Le problème de Camille mais qui est aussi le problème de beaucoup de gens c’est qu’elle est convaincue qu’elle ne mérité pas d’être heureuse, ni d’être sauvé

On ne peut pas sauver une personne qui ne le veut pas.

Quant à la fin très ouverte je ne l’ai pas aimé. Car elle laisse trop de suspens et j’aurais aimé que l’auteur nous donne le fin mot de l’histoire. Peu importe le choix qu’elle aurait fait.

En tout cas, c’est un livre bouleversant sur la dépression et l’euthanasie et j’espère permettra au lecteur de comprendre un peu mieux c’est deux sujets.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s